mercredi 20 septembre 2017

Plaisanciers. 500 € pour la SNSM.

Samedi, Jean-Paul Colin, trésorier de l'association des plaisanciers, a remis à Michel Stéphan, patron du canot SNSM de l'île, un chèque de 500 €. Voilà plusieurs années que l'association des plaisanciers remet l'essentiel des profits du dîner qu'elle organise chaque année à la SNSM. Un objectif pour les plaisanciers : verser un montant annuel de 500 €.

Un entretien réalisé par la station


Pour la station de Lampaul, il s'agit d'une aide précieuse. En effet, si c'est l'association SNSM, basée à Paris, qui est propriétaire du bateau et subvient, conformément à ses statuts, à l'approvisionnement des équipements individuels de protection et d'intervention en opération ainsi qu'aux gros travaux sur le moteur du canot, c'est la station de Lampaul qui assure l'entretien régulier du bateau ainsi que son approvisionnement en carburant. 
Comme la SNSM qui, au niveau national, vit à près de 80 % de dons privés, la station de Lampaul ne peut subvenir à ses besoins que grâce aux activités qu'elle organise et aux dons qui lui sont faits.

Un financement par des dons ou des fêtes


Pour abonder son budget, la station SNSM de Lampaul organise chaque été une Fête de la mer. « Nous n'avons pas le choix, il faut que ça rentre », précise l'un des membres. Cette année, la SNSM fêtait ses 150 ans, une réussite. Il n'empêche, le chèque offert par l'association des plaisanciers à la station est un apport indispensable à la poursuite de ses missions, particulièrement importantes aux abords d'une côte dont on connaît les dangers.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/plaisanciers-500-eur-pour-la-snsm-19-09-2017-11669036.php#xukr7wyJgBylZ44G.99

mardi 19 septembre 2017

lundi 18 septembre 2017

Collège. Un nouveau principal.

Jeudi, le nouveau principal du collège des Îles du Ponant, Éric Le Borgne, est venu rendre visite aux collégiens et rencontrer leurs parents. Le collège des Îles du Ponant, Éric Le Borgne en rêvait. Le départ à la retraite de son prédécesseur, Yann Le Pivert, lui a offert l'opportunité qu'il espérait. 
Après le lycée français de Toronto, puis la cité scolaire de Châteaulin, avec des milliers d'élèves, le voici à la tête d'un établissement qu'il juge « unique en France » ; il regroupe les collégiens de sept îles bretonnes : Batz, Groix, Houat et Hoëdic, Molène, Ouessant et Sein, près de 85 élèves au total pour cette rentrée.

Des classes à géométrie variable


Un atout, selon Éric Le Borgne : « Chaque élève peut être pris en compte pour lui-même », se réjouit-il, rendant hommage à l'investissement des professeurs. Vendredi, il mettait le cap sur Molène pour y rencontrer les collégiens et leurs parents. 
Dix-sept enfants de 3 mois à 3 ans à la maison des assistantes maternelles ; 34 élèves en maternelle et primaire, à l'école Jacques-Burel (dont neuf sont aussi à la Mam) ; enfin, 14 élèves au collège, ce sont donc 56 enfants qui se répartissent entre les trois structures éducatives de l'île. 
D'une année sur l'autre, la répartition peut varier. Ainsi, cette année, il n'y a qu'un élève en CE1 et qu'un seul en sixième. Mais les enseignants savent s'adapter, procédant à des regroupements tout en assurant un suivi personnalisé.
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/college-un-nouveau-principal-16-09-2017-11665641.php#oJxYSYDSp1rCQRUm.99

samedi 16 septembre 2017

Ouessant, au souffle du vent

Dernière escale avant l'Amérique, Ouessant est surnommée "le bout du monde". Un documentaire au souffle poétique sur cette île du Finistère éternellement soumise aux caprices du vent.
Lever l'ancre pour Ouessant, c'est prendre le large. L’île est régulièrement balayée par de spectaculaires tempêtes. La lumière irréelle y varie à tout instant et confère à ces quelques arpents de terre une atmosphère hors du temps. Ouessant n'a jamais changé de visage : pas de constructions hautes mais des maisons simples et rustiques. Ses neuf cents habitants sont profondément attachés à leur environnement. Leur parole est sobre et sans détour. Tous vivent au rythme du vent, élément omniprésent. La déambulation de la réalisatrice Raphaëlle Aellig Régnier suit ce fil rouge et nous dévoile ainsi la nature puissante, violente et poétique de ce petit caillou posé sur l'océan.

vendredi 15 septembre 2017

Réseau téléphonique. Intervention en cours.

Lundi matin, deux intervenants de la société État 9, prestataire d'Orange, Jonathan Gibot, chef de chantier, et Jérémy Thubé, technicien, sont arrivés à Ouessant pour remettre à neuf les locaux qui abritaient le réseau, détruits par l'incendie du 11 juillet dernier. 
Le but de l'intervention : décontaminer le site, c'est-à-dire enlever toute la suie qui a recouvert et corrodé les équipements, afin qu'Orange puisse ensuite mettre en place ses nouvelles installations. « Tout a été démonté, ça a bien chauffé, il n'y avait plus rien », confirme Jonathan Gibot. 
En attendant de pouvoir réinvestir les locaux incendiés, Orange a installé un matériel provisoire à l'extérieur du local, dans deux préfabriqués, ce qui permet de travailler sur le site. Les deux intervenants de la société État 9 doivent avoir terminé samedi. Ils sont confiants sur le respect du délai : « Nous avons déjà bien avancé ».

Première visite à Ouessant


Originaires de la région parisienne, les deux hommes connaissaient déjà la Bretagne ? ils interviennent la semaine prochaine sur un chantier à Plouhinec, dans le Morbihan ?, mais c'est la première fois qu'ils viennent sur l'île. « Qu'est-ce qu'on respire bien, ici ! », s'enthousiasme Jérémy Thubé. « Et puis on a l'impression que ce n'est pas chacun pour soi ». Même écho de la part du chef de chantier, Jonathan Gibot : « Je marche, il n'y a pas de pollution, même pas de radar ! C'est apaisant ».

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/reseau-telephonique-intervention-en-cours-14-09-2017-11662854.php#QR2WKmTVq3eWs2Au.99

mercredi 13 septembre 2017

lundi 11 septembre 2017

Rentrée sereine pour l'école Jacques-Burel

L'équipe éducative de l'unique école de l'île a accueilli trente-quatre élèves lundi matin. Les écoliers ont retrouvé les visages connus de Thimothée Priol, directeur et professeur des écoles avec Marianne Kermarrec, professeur, et Gisèle Héliès, aide maternelle.
Le boom des naissances observé, sur Ouessant il y a deux ans, se ressent dans l'effectif de cette année avec trente-quatre élèves dont vingt en maternelle et quatorze « grands » répartis comme suit : trois en classe de CP, un en CE1, trois en CE2, quatre en CM1, trois en CM2.
L'école a été entièrement repeinte à l'extérieur et la pose du panneau avec le nom de l'école a été effectuée. Les écoliers sont équipés en tablettes numériques.

samedi 9 septembre 2017


vendredi 8 septembre 2017

Les chasseurs préparent la nouvelle saison.

Ouessant-info / N° 178/ 08.09.2017
https://www.facebook.com/profile.php?id=100008226969573&hc_ref=ARTUAw37Kl4mbvc8uwYuQN7eML9wdIJn4RuR4tXbtzvIgN0qLycMivqHnViuXvW4Yug&fref=nf

Réunion annuelle et bilan des diverses actions; la salle de mairie était occupée dimanche dernier par l'assemblée générale de l'ACCA de Ouessant, l'association communale des chasseurs existant depuis une quarantaine d'année.
Un bilan de saison très positif présenté par Joel le Person, le président et le bureau (notre photo) avec de bonnes journées de chasse et aussi une fermeture anticipée, à Noël, sur le lapin après observation d'une baisse des effectifs. La perdrix sera interdite également au tir pour cette saison 2017/2018 et décision est prise par l'assemblée de limiter la prise de lapins à 3 pièces par chasseur et par jour. Le billet invité étant porté à 15 Euros.
150 faisans de tir seront lâchés à l'ouverture et un lot de repeuplement en janvier.
...et 100ha à défricher...
La convention d'entretien et défrichage qui existe entre l'association et la mairie et le parc d'armorique est reconduite pour cette année, en portant la surface de gestion à 99ha. Appel est fait aux volontaires pour utiliser le tracteur de l'ACCA. Un nouveau girobroyeur d'un coût de 7500 Euros permettant un meilleur travail de défrichage.
Les 76 membres de l'ACCA ouessantine vont tenir compte des nouvelles réserves de Pen arland et Keller (76,7 ha) et des distances de sécurité vis à vis des maisons et routes avec le port de vêtements fluo orange, obligatoire. La zone humide du Khun étant toujours interdite à la chasse.
Le repas du crabe organisé pour financer les actions de défrichage a eu un joli succès et sera reconduit en août prochain, le samedi 11 août 2018. Le repas de chasse ne pourra pas avoir lieu pour cause de travaux sur la salle polyvalente. Trois nouveaux sociétaires font leur rentrée sur le territoire insulaire avec l'agrément de l'assemblée.

Festival de L'Îlophone. Les collégiens répètent.

Ce sera l'une des surprises de la carte blanche donnée à Yann Tiersen, à l'occasion de la dixième édition du festival de L'Îlophone qui démarre ce soir : la participation des collégiens de l'île au premier concert. Hier matin, les élèves répétaient en compagnie de trois chanteuses. 
Sont-ils prêts à se slancer devant un public de 1.600 personnes, nouvelle jauge de la salle omnisports depuis les travaux qui y ont été réalisés ? En tout cas, l'équipe technique est arrivée mercredi soir. Dernière répétition aujourd'hui, dans la salle, pour les derniers réglages.

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/festival-de-l-ilophone-les-collegiens-repetent-08-09-2017-11655212.php#26TMjk5F5WJ3YidD.99

Repas des anciens. Près de 220 couverts.

Dimanche, la commune a fait servir le repas des anciens, pour 216 couverts au total. À cette occasion, elle a honoré les nouveaux septuagénaires, plus d'une vingtaine cette année.
Chacun s'est soumis au rituel de passage : chanter une chanson. 
Les deux doyens ont aussi été célébrés : Pierre Berthelé, né en 1919, qui a chanté « Les lacs du Connemara » et Anne Lesieur, née en 1920, à qui une délégation de la mairie a ensuite rendu visite, à la Mapa. 
Et mention spéciale au restaurant « Chez Jacky » qui a préparé le repas, de l'avis de tous « excellent ».

© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/repas-des-anciens-pres-de-220-converts-07-09-2017-11653920.php#doTo9Poz7LDw2Ll1.99

jeudi 7 septembre 2017

Mauvaise météo en fin de semaine.


Le traditionnel repas des anciens marque la rentrée

Dimanche, à la salle polyvalente, deux cent dix convives ont partagé ces quelques heures de retrouvailles autour d'un grand repas proposé par le centre communal d'action social. Les personnes de 70 ans de l'année avaient répondu à l'appel du maire et certains résidents de la maison de retraite étaient présents. On a salué le doyen de l'île, Pierre Berthelé qui n'a pas hésité à entonner le refrain de sa chanson fétiches Les poneys de Coneymarra, repris en choeur par l'assemblée.
La présidente du club des anciens Marie-José Berthelé a fait part de la réouverture du club le 3 septembre. Le club est ouvert à tous et il est accessible grâce à la tournée d'un minibus dans l'île. Il est conduit par un bénévole.

lundi 4 septembre 2017

vendredi 1 septembre 2017

« Lumières d’Ouessant » est prolongée jusqu'au 15 septembre 2017

L’exposition « Lumières d’Ouessant » est prolongée jusqu'au 15 septembre 2017 à la Mairie d’Ouessant...

L’exposition « Lumières d’Ouessant » est prolongée jusqu'au 15 septembre 2017 à la Mairie d’Ouessant.
Du lundi au jeudi de 9h-12h / 13h30-17h30
Le vendredi de 9h-12h / 13h30-16h
Et j’aurai le plaisir de vous accueillir chaque samedi de 10h30 – 12h30.

mercredi 30 août 2017

Dernière sortie nature du CEMO.

Profitez demain de la dernière sortie nature du CEMO, 
Le thème : Oiseaux migrateurs du littoral, 
rendez-vous à Porz Goret à 14h !

samedi 26 août 2017

Un nouveau crêpier au bourg de Lampaul

http://www.ouest-france.fr/bretagne/ouessant-29242/vitrine-un-nouveau-crepier-au-bourg-de-lampaul-5205614

Sur la place centrale du bourg, à la place de Nividiskin et à côté de Pesked Eusa, c'est le jeune crêpier Olivier Hembert qui vient de s'installer pour la vente de crêpes à emporter. 
Du village de Kerzoncou, il rejoint sa famille installée sur l'île depuis quelques années. Son ancienne profession de boulanger l'a mené vers la fabrication de crêpes. Afin de rester définitivement à Ouessant, il y exercera son activité toute l'année. Il propose des crêpes et galettes au blé noir et froment, sucrées et garnies. La boutique sera ouverte midi et soir, toute la semaine, sauf le mercredi midi. 
Les commandes sont prises sur place.

mercredi 23 août 2017

lundi 21 août 2017

samedi 19 août 2017


vendredi 18 août 2017

jeudi 17 août 2017

Cédric Caïn raconte les phares de l'île en photos.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/ouessant-29242/cedric-cain-raconte-les-phares-de-l-ile-en-photos-5192028

À la mairie, depuis le début du mois, Cédric Cain du village de Kéridreux, fait partager aux visiteurs, sa passion de photographier les emblématiques phares de l'île. Naturaliste et ornithologue, il observe la nature. Depuis 2002, il sillonne l'île avec son matériel dès que la tempête rugit.
Pour cette exposition, il présente de bien beaux clichés, où la lumière est vraiment l'élément moteur de ces tirages d'art encadrés. En 2005, Cédric Caïn s'est muni d'un drone et le résultat, en vidéo est bluffant, et à découvrir également dans la salle de la mairie où le photographe accueille les visiteurs.
Cédric Caïn est habité par la passion de cet environnement qu'il maîtrise parfaitement. Son travail est également consultable sur Facebook via Lumières d'Ouessant.: https://www.facebook.com/cedric.cain.photographies/
Jusqu'au 31 août, salle de la mairie, du lundi au jeudi, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h 30 ; vendredi, de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h ; samedi, de 10 h 30 à 12 h 30. Internet : cedric.cain.free.fr ; courriel : cedric.cain@gmail.com

mercredi 16 août 2017

153 joueurs au tournoi de pétanque.

Dès 7 h 30 dimanche matin, les bénévoles de de l'association Ouessant Sports et Loisirs étaient à pied d'oeuvre pour préparer le tournoi de pétanque. 
Avec 51 équipes en triplettes, soit 153 joueurs,
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/ouessant-153-joueurs-au-tournoi-de-petanque-15-08-2017-11629693.php#evojhg4QSTOJ4fHJ.99

100 èmes aventuriers !

 
En cette belle journée du 15 aout, nous accueillons nos 100èmes aventuriers ! 
Merci à vous et à bientôt !

Il reste de la place pour fin aout, et tout le reste de l'année ! N'hésitez pas !

Pendant les vacances, pause lecture à la Maison des îles

http://www.ouest-france.fr/bretagne/ouessant-29242/pendant-les-vacances-pause-lecture-la-maison-des-iles-5190009
Elizabeth, bénévole à l'association CALI (Culture arts et littérature insulaire) a programmé chaque vendredi, à 17 h, depuis le début des vacances, un atelier lectures qui dure une heure, pour les enfants de quatre à huit ans. Pour cette avant-dernière séance de lectures, au Kéo dans l'enceinte de la Maison des îles et des livres, la bénévole a choisit les ouvrages, en fonction du nombre d'enfants présents et de leur âge. Quelquefois, les enfants découvrent eux-mêmes les livres, dans la bibliothèque mise à leur disposition. La dernière séance aura lieu vendredi 18 août.
Vendredi 18 août, dernière séance de l’atelier lectures, à 17 h, à la Maison des îles.

Bretagne : ils ont passé 10 ans sur un îlot désert pour un projet agro-environnemental.

Pendant 10 ans, Soizic et David ont vécu sur un îlot désert au large de la Bretagne. Malgré les aléas, ils y ont cultivé, élevé des brebis, accueilli des hôtes et fondé une famille
Pendant dix ans, Soizic et David ont vécu sur un îlot désert au large de la Bretagne, le faisant revivre. Malgré les aléas, ils y ont cultivé des pommes de terre, élevé des brebis, accueilli des hôtes et fondé une famille, tout en préservant les milieux naturels.
« Nous tirons un beau bilan de ces dix années sur l’île de Quéménès », dans le Finistère (ouest de la France), affirme Soizic Cuisnier, tout en s’activant à la préparation du repas dans la cuisine de la ferme insulaire.
Au menu : haricots de mer à la crème et potée de lotte à la saucisse de Molène, du nom de l’archipel au sein duquel se niche le petit caillou d’à peine plus d’un kilomètre de long et 400 mètres de large.
« Même si on a eu des passages difficiles, on a conscience d’avoir vécu une expérience hors du commun », poursuit David, yeux bleus et cheveux coupés courts, enfournant le fondant au chocolat qui complétera le menu destiné aux dix hôtes du jour.

A la fin de l’année, Soizic, David et leurs deux enfants âgés de 7 et 5 ans quitteront Quéménès et laisseront la place à d’autres Robinson, désireux comme eux de faire revivre cet îlot de 30 hectares brassé par les tempêtes. ( ©AFP/FRED TANNEAU )

A la fin de l’année, la jeune femme de 34 ans, son mari de 40 ans et leurs deux enfants, Chloé et Jules âgés de 7 et 5 ans, quitteront Quéménès et laisseront la place à d’autres Robinson, désireux comme eux de faire revivre cet îlot de 30 hectares brassé par les tempêtes.

Île de Quéménès, au large du Finistère. (©Capture Google maps)

Nouvelle vie pour Quéménès

Au départ de cette aventure, il y a un appel à projet du conservatoire du littoral, qui, après avoir acquis l’île en 2003, souhaitait lui donner une nouvelle vie.
Il aura fallu restaurer les bâtiments, installer l’eau courante et l’électricité – grâce à une petite éolienne, des panneaux solaires et un système de filtration de l’eau de pluie – afin d’envisager l’installation d’un couple capable de redémarrer l’exploitation qui fonctionnait encore quelques dizaines d’années auparavant.
Au total, 1,3 million d’euros ont été investis dans le projet avec deux objectifs principaux. Les activités agricoles devaient permettre d’entretenir les terrains et murets sur l’île. L’accueil du public devait sensibiliser celui-ci à la fragilité du milieu.
Avant d’arriver à Quéménès, Soizic, diplômée de niveau bac+2 en valorisation des produits de la mer, animait des classes de mer. David, lui, tenait un magasin d’articles de plongée après un bac agricole et une maîtrise de géographie.
« On est fier de ce qu’est devenu Quéménès », assure Soizic, coupe au carré sur un visage respirant le bon air, expliquant avoir pris conscience que « la protection des milieux naturels n’est pas forcément incompatible avec une vie économique locale et heureuse ».

La culture des pommes de terre a permis de retravailler une partie des sols, tandis que les autres l’étaient grâce au pâturage des moutons. ( ©AFP/FRED TANNEAU )

Côté environnement, la culture des pommes de terre a permis de retravailler une partie des sols, tandis que les autres l’étaient grâce au pâturage des moutons. Les prairies ont alors progressivement retrouvé leur place, laissant le champ libre à une flore disparue.
Alors qu’en 2007, il n’y avait quasiment plus d’oiseaux nicheurs à cause de la présence de furets, près de 250 couples de sternes ont été observés en 2017, sur 1.900 recensés en Manche et mer du Nord.

Un salaire minimum et demi par mois

La famille a pu se verser une moyenne d’un salaire minimum et demi par mois. « Cela fonctionne parce que nous avons développé des activités complémentaires », souligne Soizic, se souvenant de la panne de tracteur le jour de la récolte des patates en 2012, de celle, l’année suivante, du moteur de leur petit bateau, seul lien avec le continent, ou encore de la tempête de l’hiver 2014 qui a retourné le littoral et réduit à néant la récolte des algues.
Le couple propose trois chambres d’hôtes d’avril à octobre et commercialise chaque année, jusqu’en Suisse, Belgique et Italie, près de 5 tonnes de pommes de terre issues de sols amendés de goémon.
Une vingtaine de brebis lui permettent aussi de vendre de la viande d’agneau, tout comme il le fait avec les algues qu’il récolte.

Au départ de cette aventure, il y a un appel à projet du conservatoire du littoral, qui, après avoir acquis l’île de Quéménès en 2003, souhaitait lui donner une nouvelle vie.  ( ©AFP/FRED TANNEAU )

Le conservatoire du littoral, désireux de renouveler l’expérience – après le départ de la famille Cuisnier qui souhaite se lancer dans la culture d’algues sur le continent – a lancé un nouvel appel à projet qui a « reçu bien plus de candidatures qu’il n’en faut ». Le résultat de cet appel, qui clôture le 26 septembre, devrait être connu en octobre.

lundi 14 août 2017

dimanche 13 août 2017

Contes sur le phare de Kéréon.

Contes sur le phare de Kéréon par Rémi Cochen. Ce dimanche 13 août, 14h30, 
Musée des phares et balises, phare du Créac’h, Ouessant.
 Tarif 5.80€, réduit 4.20€. 
Contact et réservation : 02 98 48 80 70, musee.pharesetbalises@pnr-armorique.fr

La traditionnelle kermesse des écoles a fait le plein.

http://www.ouest-france.fr/bretagne/ouessant-29242/la-traditionnelle-kermesse-des-ecoles-fait-le-plein-5186154
Dans le tourbillon du mois d'août, les parents et amis de l'école Burel et du collège des îles du Ponant ont coordonné leurs efforts, pour perpétuer ce rendez-vous estival, du premier dimanche d'août. L'affluence des touristes et des familles ouessantines réunies, font le succès de ce rendez-vous autour des stands sans cesse renouveler comme celui de la pêche à la ligne, ou encore cette exposition d'un grand village tout en Lego. Une ancienne élève du collège croquait des portraits des participants. Et vers 19 h, les résultats de la tombola ont été divulgués.

samedi 12 août 2017

Festival Musiciennes à Ouessant. Yann-Fañch Kemener de retour sur l'île.

Belle affluence mardi soir, dans l'église Saint-Pol-Aurélien de Lampaul, pour le deuxième et dernier concert de la 17e édition du festival « Musiciennes à Ouessant ». 
La soirée a débuté par une première partie consacrée à une oeuvre de Rhené-bâton, « En Bretagne », interprétée au piano par Lydia Jardon, initiatrice du festival. S'il était normand, le compositeur aimait la Bretagne qui lui a inspiré nombre de créations dans un style classique 
© Le Télégramme http://www.letelegramme.fr/finistere/ile-douessant/festival-musiciennes-a-ouessant-yann-fanch-kemener-de-retour-sur-l-ile-11-08-2017-11626140.php#KXRlt16QqRtysixf.99

jeudi 10 août 2017

Avis de décès.

http://www.ouest-france.fr/obseques/finistere/ouessant-29242/
---------------------

Recherches en cours pour un homme à la mer

L’alerte a été lancée suite à un appel à la capitainerie de l’Aber Wrac’h indiquant la chute à la mer d’un homme de 71 ans ce mercredi vers 9 h. Les recherches se poursuivent.
C’est un homme paniqué qui appelle la capitainerie de l’Aber Wrac’h, ce mercredi 9 août avant 9 h, pour indiquer que son père vient de tomber à l’eau.
Canots de la SNSM et hélicoptère de la Sécurité civile sont dépêchés sur le site. Un avion de la Marine nationale, en patrouille, se joint aux recherches.

Les recherches se poursuivent

À 11 h 40, l’hélicoptère de la Sécurité civile repère le voilier, un Ketch immatriculé à Boulogne-sur-Mer, que le Cross ne parvenait plus à contacter, au large d’Ouessant. L’homme et son père, sur un voilier à deux-mâts, sont partis de Penzance, à l’extrême sud-ouest de l’Angleterre, mardi et devaient rallier l’Aber Benoît, dans le Finistère.
En début d’après-midi, les recherches se poursuivent avec un hélicoptère Caïman de la Marine nationale venu en remplacement du premier hélicoptère. La zone est définie entre l’Aber-Wrac’h et Portsall et s’étend au large.
http://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/ouessant-recherches-en-cours-pour-un-homme-la-mer-5179966